31/01/2006

Sissi impératrice

Le deuxième volet de l'histoire de l'impératrice d'Autriche et reine d' Hongrie. Ce film montre que la vie d'impératrice ce ne sont pas que les paillettes. La mère de l'Empereur François-joseph est vraiment une belle-mère impossible parce que trop attachée à l'étiquette de la cour. Sa soeur, mère de Sissi saura la raisonner

08:02 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2006

Le feuilleton continue : tempête sur l'utah à propos d'un film

mardi 27 janvier 2006

Le long-métrage "Brokeback Mountain", réalisé par Ang Lee et distribué par Focus Features, a été retiré d'un cinéma de l'Utah. La controverse née de cette distribution relance le débat sur l'homosexualité.



Certains cinéphiles de l'Utah ont eu la surprise de voir Le Secret de Brokeback Mountain disparaître des écrans alors que sa sortie avait été annoncée. Le Mega plex 17 appartenant au Larry Miller group situé dans la banlieue de Salt Lake City a en effet décidé de retirer de ses écrans le long-métrage au dernier moment alors que Larry Miller avait donné son accord à la société de distribution Focus Features pour diffuser le film. Jack Foley, qui est à la tête de Focus, estime ne pas avoir été prévenu de cette décision qui, selon lui, est passible de poursuites judiciaires. Les dirigeants du complexe de cinema n'ont pas tenu à commenter leur décision de ne pas diffuser le film.

"Un mauvais exemple pour la population de l'Utah"

La sortie du
Secret de Brokeback Mountain qui raconte une histoire d'amour entre deux cow boys semble faire trembler les groupes ultra conservateurs des Etats-Unis comme l'Utah Eagle Forum, qui s'est élevé contre la sortie du film. Gayle Ruzicka, son président, s'est dit enchanté de la décision de retirer Le Secret de Brokeback Mountain. Il estime que ce film n'est pas un exemple pour la population de l'Utah et que le fait de retirer le film démontre aux jeunes qu'il y a quelque chose de mauvais dans cette illustration de l'Ouest.

Les associations des communautés gays et lesbiennes se mobilisent

L'hostilité de certaines personnes à l'encontre de la sortie du
Secret de Brokeback Mountain a suscité la réaction des associations des communautés gays et lesbiennes. A la suite d'une critique sur le film parue dans le Today Show qualifiant le personnage interprété par Jake Gyllenhaal de prédateur sexuel, l'Alliance des gays et des lesbiennes contre la diffamation a mis en accusation son auteur, Gene Shalit. Le critique a rédigé une note d'intention pour excuser la maladresse de la formulation et a déclaré qu'il n'y avait aucune intention d'heurter qui que ce soit. L'organisation GLAAD a remercié l'auteur pour avoir clarifier publiquement ses positions.

Marie Surrel avec boxofficemojo.com



Jackoo...

 
Remarque: les pièces jointes sont automatiquement analysées avec

09:38 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le mur de l'atlantique

     

un parachutiste anglais va venir bouleverser la vie de Léon Duchemin et de sa fille. Ce jeune homme est une cervelle brûlée, amateur de rugby et prêt à tout pour la victoire de son équipe et aussi de l’Angleterre. Il est fils d’évêque anglican qui vaut une des réparties les plus drôles du film. La fille qui présente ce jeune homme à sa tante Maria (Sophie Desmarets), lui dit qu’il est fils d’évêque et la brave femme qui n’a peut-être jamais entendu parler de l’anglicanisme répond : « oh ! et il n’a pas honte ! ». Mais le brave Léon aubergiste qui s’était accomodé tant bien que mal de la présence des allemands va être entraîné par son « futur gendre » dans la résistance

 

1944. Léon Duchemin tient un restaurant avec sa soeur. Ses clients sont allemands, résistants et trafiquants. Le pauvre devient malgré lui résistant quand un pilote de la R.A.F. abattu trouve refuge chez lui et quand il dérobe aux services d'Hitler les plans de ses missiles V1.

07:22 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/01/2006

Crime et Châtiment

Un superbe film de 1956. Razkolnikov, un jeune étudiant, va aller voler et assassiner une vieille usurière, mais est obligé de tuer aussi la soeur de celle-ci, une très brave femme. Il n'a commis ce méfait que pour éviter à sa soeur un mariage de convenance. Il a fait la connaissance d'une jeune fille obligée de sa prostituer à cause de la misère. Il finira par avouer son crime pour soulager sa conscience. Pour alléger sa souffrance, son amie, le suivra jusqu'en Sybérie où il a été envoyé pour purger sa peine.

07:01 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2006

A la recherche d'un emploi

 

 

Atmen Kelif et Lorànt Deutsch

 

Appréciation : beaucoup d’humour et de divagations de jeunes qui cherchent un emploi et cherchent tous azimuts suivant leurs humeurs

 

Dans une laverie automatique, deux jeunes chômeurs se retrouvent autour de leur sujet favori : la recherche d'un emploi. Lecteurs assidus des petites annonces, ils imaginent ensemble leur métier du jour avec une détermination qui n'a d'égale que leur maladresse. De situations cocasses en altercations surréalistes, les deux compères miment à chaque fois une profession différente pour se rendre compte au final qu'il vaudrait mieux chercher autre chose...

08:33 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2006

wasabi

avec Jean Reno et Michel Muller, un duo inattendu

 

 

Hubert, inspecteur de police viril et brutal totalement immergé dans son boulot, prend une pause pour s'occuper un peu de lui. Celle-ci sera de courte durée, Hubert apprenant que la femme qui hante son esprit depuis des années (une Japonaise nommée Miko) vient de disparaître, et qu'elle a fait de lui son légataire testamentaire. Arrivé au Japon, il découvrira la valeur ajouté du testament en la personne de Yumi, sa fille...

08:21 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/01/2006

Germinal

On dit souvent que les cinéastes trahissent les écrivains en adaptant à l'écran des oeuvres littéraires. Je ne sais pas ce que Emile Zola penserait de cette réalisation. Cette histoire sur fond de misère chez les mineurs et de tentative d'une première grève. Et les nantis qui ont bonne conscience. Une Miou-Miou qui montre ici toute la grandeur de son talent de comédie. De Renaud, on pourrait presque dire qu'il est un visionnaire, même s'il est attéré face à la fin de cette grève. On y voit l'amour et la haine se côtoyer : tant chez les riches que chez les pauvres. Un Jean Carmet qui parle peu dans ce film, mais dont les expressions du visage sont bien celles d'un homme qui a tout supporté et qui arrive à la fin de sa vie, encore plus misérable qu'avant. Ce chef-d'oeuvre de Zola a été déterminant dans ma vie et je dirai même dans le choix de ma carrière

08:16 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |